Paris Plage – Berges de Seine

Installations urbaines temporaires

Thème : Évènement

Mode d’actions

  • Faire la ville avant la ville
  • Fédérer les acteurs
  • Lire le territoire
  • Ouvrir de nouveaux espaces de parole
  • Susciter des méthodes alternatives d’urbanisme
  • Transformer / Requalifier

« Paris Plage » est depuis 2002 l’événement annuel de l’été parisien, organisé sous la direction de la Ville : à cette occasion, les bords de Seine sont métamorphosés en lieu de détente, à l’image d’une plage urbaine (infrastructures ludiques, activités sportives, concerts, etc.). L’interruption de la circulation automobile permet aux habitants comme aux touristes de découvrir la Seine sous un autre jour. Depuis, le concept a essaimé à travers la France et le Monde. Née dans son sillage, l’opération « Berges de Seine » répond à un projet de piétonisation des voies (du pont de l’Alma au port de Solférino, sur la rive gauche), en plus des aménagements d’espaces de convivialité et de loisirs (bars, restaurants, jardins flottants, équipements sportifs, jeux, lieux culturels, espaces de repos…).

Paris Plages, 2012 © Clémentine Roche, Marie de Paris
Paris Plages, 2012
© Clémentine Roche, Marie de Paris

Focus

Jean-Christophe Choblet

Les projets « Paris Plage » et « Berges de Seine » ont été imaginés par Jean-Christophe Choblet, scénographe, à l’initiative de l’Agence de scénographie Nez Haut, elle- même à l’origine de « Forme Publique », biennale de mobilier urbain à La Défense. Pratiquant des aménagements éphémères dans l’espace public, il est désormais engagé par le Secrétariat Général de la Ville de Paris, et prend en charge l’animation des espaces publics.

Pourquoi on en parle ?

Les deux opérations, l’une événementielle (« Paris- Plage »), l’autre inscrite dans une durée plus longue (« Berges de Seine ») cherchent à améliorer le cadre de vie des Parisiens et des touristes par la réappropriation de l’espace fluvial. On peut certes s’interroger sur la dimension marketing de la première, mais l’influence qu’elle a eue en France comme à l’étranger autorise à penser que nous sommes en présence d’un concept qui a su renouveler la réflexion autour de l’espace public en empruntant aux registres de la scénographie et de l’éphémère. « Berges de Seine » répond davantage à un objectif d’aménagement durable de reconquête des berges par la mise en place d’activités temporaires. En montrant les usages et les pratiques possibles sur les quais du fleuve parisien (aménagements éphémères et rendez-vous publics réguliers notamment), le programmateur culturel de l’espace public, Didier Fusiller, a su créer les conditions d’une urbanité partagée autour d’animations insolites.