Les Vivres de l’Art

Le Domaine du Possible

Thème : Lieu

Mode d’actions

  • Faire la ville avant la ville
  • Fédérer les acteurs
  • Lire le territoire
  • Ouvrir de nouveaux espaces de parole
  • Susciter des méthodes alternatives d’urbanisme
  • Transformer / Requalifier

Une initiative rédigée en collaboration avec Oranne Renaudie, étudiante du Master 2 Projets Culturels dans l’Espace Public (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne).

Lancé en 2008, le projet « Les Vivres de l’Art » porté par l’association du même nom, réhabilite les anciens abattoirs des vivres de la Marine de Bordeaux entre les quartiers de Bacalan et des Bassins à Flot, et y propose une dynamique artistique et culturelle.
A l’origine, les vivres sont des magasins datant du 18ème siècle, destinés à la fabrication et au stockage des denrées de la Marine Royale.
Initiateur du projet, le sculpteur Jean-François Buisson installe d’abord son atelier dans un bâtiment de la place Raulin, classé monument historique, avec pour ambition de sauvegarder le patrimoine tout en implantant un lieu de création et de diffusion. Aujourd’hui, le projet associe sur le même lieu d’autres artistes autour d’un concept artistique global et contemporain, réunissant galerie, résidences et espace public aménagé.
Outil de requalification urbaine, l’espace cultive sa dualité en préservant un patrimoine classé dans une zone entourée par des projets d’envergure dont dont celui du quartier voisin des des Bassins à Flot.

Ballet des Grues © Anthony Rojo

Focus

Parade amoureuse – ballet de grues

Á l’occasion de l’ouverture de la biennale d’architecture AGORA 2014, Jean-François Buisson, directeur des "Vivres de l’art" a été invité à mettre en œuvre un événement culturel pour grande jauge, permettant de valoriser les transformations du quartier voisin des Bassins à flot.
Le spectacle, conçu par le chorégraphe Jean-Emmanuel Belot sur une musique de Glenn Brancat met en scène les grues de chantiers illuminées dont les mouvements soigneusement calculés font ainsi apparaitre et disparaître des bâtiments en synchronisation musicale.

Pourquoi on en parle ?

Inspiré par le mouvement d’éducation populaire, le projet « Les Vivres de l’Art » prône une programmation éclectique, faisant place à l’expérimentation.
Ce pôle culturel ouvert, transdisciplinaire et articulé autour d’une place publique, se veut source de propositions artistiques pour le quartier et espace de diffusion privilégié des talents locaux.
Á la réhabilitation patrimoniale, le projet « les Vivres de la marine », ajoute une dimension artistique contemporaine et locale et réactualise des espaces anciennement délaissés qui deviennent socle de nouvelles identités pour le lieu, le quartier.