Tatzu Nishi

Créateur d’oeuvres habitables

Thème : Artiste

Mode d’actions

  • Faire la ville avant la ville
  • Fédérer les acteurs
  • Lire le territoire
  • Ouvrir de nouveaux espaces de parole
  • Susciter des méthodes alternatives d’urbanisme
  • Transformer / Requalifier

Tatzu Nishi travestit temporairement des objets urbains, iconiques, classiques et académiques, hérités des siècles passés (fontaines sculptées, des statues monumentales, etc.). Il transforme ces espaces en chambres d’hôtel, en simulant des travaux de réfection, par une installation d’échafaudages, de bardages, puis la construction sommaire d’une pièce habitable. L’œuvre d’art public devient un lieu fermé, privatisable comme l’ « Hôtel Gent » en Belgique, the « Merlion Hôtel » à Singapour ou encore la statue de la Liberté à New-York. D’extérieur, le travail de Tatzu Nishi s’apparente à un chantier et joue sur le statut d’œuvre temporaire autant visuellement que physiquement. La « Villa cheminée » à Cordemais (44), présentée en 2009 dans le cadre de la biennale « Estuaire » (Nantes – St Nazaire), est une des seules œuvres, pérenne et non habitable, de l’artiste.

Hôtel Nantes, 2007  © Le voyage à Nantes
Hôtel Nantes, 2007
© Le voyage à Nantes

Focus

Hôtel Nantes

Au cœur de la place Royale à Nantes, la fontaine du XVIIIe siècle érigée à la gloire du commerce fluvial et maritime nantais, objet urbain fondu dans l’ordinaire. Tatzu Nishi construit un écrin autour de la partie haute de la fontaine : habillé d’échafaudages, il fait office de chambre d’hôtel, visitable le jour et en location la nuit. L’installation proposait donc, par la privatisation, de cohabiter avec la déesse du commerce et de redécouvrir ce patrimoine.

Pourquoi on en parle ?

La modalité d’intervention de Taztu Nishi bouleverse les frontières entre l’intime et le public. En habitant l’oeuvre, il nous offre la possiblité d’une expérience d’habiter à même la ville, à travers une installation- pièce à vivre le temps d’une nuit. Par une mise en scène, une mise en situation concrète jouant sur les codes du chantier, l’artiste détourne le patrimoine urbain (statues, fontaines, etc.) en lieux d’accroche et en objets de décoration privatisables..