Les Saprophytes

Collectif de paysagistes et d’architectes

Thème : Concepteur-e Urbain-e

Mode d’actions

  • Faire la ville avant la ville
  • Fédérer les acteurs
  • Lire le territoire
  • Ouvrir de nouveaux espaces de parole
  • Susciter des méthodes alternatives d’urbanisme
  • Transformer / Requalifier

Collectif pluridisciplinaire lillois, Les Saprophytes tirent leur nom et leur philosophie de cet organisme qui recycle la matière et participe activement au maintien de l’équilibre biologique dans la nature. Convaincu de l’importance de l’implication de l’homme dans la construction de son cadre de vie, le collectif développe des projets évènementiels ou pérennes, mêlant réflexions et expérimentations dans l’espace public. Leurs interventions endossent de multiples formes : plateforme de création, structure d’éducation populaire (une serre mobile dans le quartier du Pile, 2010), atelier de construction à court et long terme (« Made in Vitrolles » 2013), ferme d’agriculture urbaine (les « Unités de Production Fivoises » dans le quartier de Fives, 2014).

L’entre-Deux © Les Saprophytes
L’entre-Deux
© Les Saprophytes

Focus

« L’Entre-deux », Loos-en-Gohelle

En 2014, suite à une commande de la mairie de Loos-en- Gohelle (62), les Saprophytes organisent l’aménagement participatif d’un parc urbain. Ce dernier est le fruit de la réhabilitation d’une friche et vise à relier deux quartiers indépendants. Le collectif met en place un diagnostic avec les habitants, les technicien de la ville et le théâtre local. Il fait naître une programmation collective, en imagine la faisabilité et active un chantier collectif pour les actions les plus rapides : signalétique du parc (nommé « L’entre- deux ») balisage, constructions de mobiliers et de jeux, organisation de fêtes, etc.

Pourquoi on en parle ?

Transcendant les disciplines, de l’architecture au paysage, en passant par l’urbanisme, la scénographie, l’installation, Les Saprophytes développent une vision alternative de la fabrique de la ville, où les espaces publics deviennent les lieux de réconciliation de l’homme avec son environnement. Tourné vers l’invention de nouveaux outils et usages, le collectif agit autant par l’illustration, la vidéo, que l’aménagement et le jardinage. Leurs actions les ont menés vers un travail de recherche autour de l’agriculture urbaine, à travers des prototypes de fermes urbaines autogérées et une bourse de l’Institut français pour explorer cette même problématique outre-Atlantique.