La Grande Halle de Colombelles

Préfiguration d’un tiers-lieu circulaire et citoyen

Thème : Projet

Mode d’actions

  • Faire la ville avant la ville
  • Fédérer les acteurs
  • Lire le territoire
  • Ouvrir de nouveaux espaces de parole
  • Susciter des méthodes alternatives d’urbanisme
  • Transformer / Requalifier

Le projet de la Grande Halle conjugue la réhabilitation d’un bâtiment industriel avec l’élaboration d’un tiers-lieu.
Installée sur le plateau de Colombelles au nord-est de Caen, la Grande Halle est un vestige usinier de la Société Métallurgique de Normandie (SMN), dont elle abritait l’atelier électrique. Laissée à l’abandon pendant vingt ans, elle fait l’objet depuis 2013 d’une réflexion publique portée par Normandie Aménagement (Société d’Économie Mixte), son propriétaire. L’enjeu est d’impulser une patrimonialisation du site et de lui affecter une fonction d’expérimentation en faveur d’initiatives créatives, culturelles, sociales et économiques. Depuis juillet 2016, la Grande Halle enclenche sa métamorphose en tiers-lieu, chaînon entre l’intimité du chez-soi et les lieux de travail usuels. Planifiée sur deux années, la réhabilitation s’élabore avec les agences Construire et Encore heureux architectes. Le collectif Etc a conçu selon les principes de l’économie circulaire une Cité de chantier, acte inaugural de la transformation faisant l’objet d’un chantier ouvert. Destinée à rassembler les contributeurs de la reconversion et à préfigurer le fonctionnement de la Halle, elle est aussi le repère de la permanence architecturale assurée par Construire. Dotée d’une emprise de 3,5 hectares, la Grande Halle accueille depuis 2018 des studios et bureaux, des ateliers de création, des espaces de diffusion artistique et de restauration. Son ouverture est programmée en 2019.

Le Wip : la Cité de chantier et la Grande Halle © Alexandre Andurand

Focus

Le WIP (Work In Progress), association de préfiguration du tiers-lieu

Le WIP est missionné pour orchestrer le projet d'espace collaboratif de la Grande Halle. Dans un premier temps, l’association engage une phase de préfiguration pour imaginer le devenir du bâtiment. Elle fertilise les synergies entre acteurs, organise des actions de médiation et facilite le développement d’activités, prenant appui sur la Cité de chantier et permettant aux porteurs d'idées de pratiquer l'espace de la Halle pour s'y projeter. Au terme de l'aménagement programmé pour fin 2019, le WIP sera en charge de la gestion et de l'animation de la Grande Halle.
À moyen terme, l’enjeu du WIP est d’élaborer un projet économiquement, juridiquement et socialement viable tout en permettant une adaptation dans le temps des usages quotidiens et spectaculaires du tiers-lieu, au cœur du projet de reconversion plus vaste du site de la SMN. Le WIP œuvre à partir de thèmes de prédilection que sont l’économie circulaire, la culture, l’aménagement du territoire, l’économie sociale et solidaire, avec la volonté de faire émerger des projets au plus près des besoins du territoire.

Pourquoi on en parle ?

Pensé comme espace de production, de création et de convivialité, le tiers-lieu de la Grande Halle se structure autour de trois conducteurs : une économie circulaire collaborative, des pratiques artistiques et culturelles pluridisciplinaires et l’aménagement d’un territoire.
Expérimentée par le Collectif Etc via la Cité de chantier, l’économie circulaire est mise en acte par le recours au réemploi de matériaux. Par ailleurs, les agences Construire et Encore heureux architectes, missionnées pour assurer la réhabilitation, ont en commun une agilité à mobiliser une maîtrise d’usage dans la conception d’un programme, à revendiquer des dimensions culturelles à l’acte architectural et donnent elles aussi la faveur au réemploi dans la construction. La permanence architecturale, réalisée au cours d’une immersion de cinq mois pour débusquer les « forces vives » et ressources du projet, pourrait dans sa continuité laisser place à une permanence de chantier et une programmation culturelle. Pilotée par Le Wip avec ses partenaires, cette dernière aurait vocation à rendre le chantier ouvert et appropriable sous la forme d’un « chantier culturel ». Enfin, dans sa mission de préfiguration, le WIP puise dans la philosophie et l’outillage de l’open source et des démarches participatives, au service d’une appropriation du projet par les parties-prenantes et d’une valorisation opérante de leurs expertises. Vestige de l’histoire industrielle, la mue de la Halle et sa préfiguration s’intègrent au programme global de reconversion du site de la SMN en un parc d’activités mixant des fonctions urbaines, une dynamique culturelle, une offre servicielle et des parcelles d’habitats.