Démarche HQAC

Vrai-faux label - Stefan Shankland

Thème : Dispositif

Mode d’actions

  • Faire la ville avant la ville
  • Fédérer les acteurs
  • Lire le territoire
  • Ouvrir de nouveaux espaces de parole
  • Susciter des méthodes alternatives d’urbanisme
  • Transformer / Requalifier

En 2007, Stefan Shankland initie la « démarche HQAC – Haute Qualité Artistique et Culturelle ». Le temps de la transformation urbaine, habituellement considéré comme problématique, est pris comme une opportunité et une ressource pour la création contemporaine, l’architecture expérimentale, les dynamiques participatives, la recherche et l’enseignement.
C’est à Ivry-sur-Seine, en collaboration avec une équipe pluridisciplinaire et de nombreux participants, que Stefan Shankland expérimente le premier prototype de la « démarche HQAC » – le projet « TRANS305 » – un programme artistique intégré aux chantiers urbains de la ZAC du Plateau (2007-2018) dans la durée, et qui impulse une nouvelle culture de la ville en mutation.

Place du Général de Gaulle - Ivry-sur-Seine - Stephan Shankland © Marbre d'ici
Place du Général de Gaulle – Ivry-sur-Seine – Stephan Shankland © Marbre d’ici

Focus

Marbre d'ici

Le Marbre d'ici est une nouvelle matière première produite localement à partir du recyclage de gravats issus des démolitions d’immeubles. Réduits en poudre, mélangés à du ciment et coulés en strates, les déchets du BTP sont transformés en une matière noble. Sur la place du Général de Gaulle à Ivry-sur-Seine, le Marbre d’ici prend la forme d’une grande dalle en béton de 260 m2. Plus de dix tonnes de briques, tuiles, pierres calcaires et d’autres gravats provenant de la démolition des immeubles et entrepôts du quartier ont été nécessaires à sa fabrication. Concassés, ils sont intégrés à la composition d’un nouveau béton utilisé pour réaliser le nouvel aménagement des espaces publics de la place. Ce concept est aujourd’hui proposé par l’artiste à des maitres d’œuvres dans divers contextes de réhabilitation et de chantier.

Pourquoi on en parle ?

A la fois méthodologie, lieu éphémère du projet et baraque culturelle de chantier, la « démarche HQAC » constitue un cadre souple qui permet d’intégrer sur le long terme une action artistique à un projet de transformation urbaine. Elle fédère de nombreux acteurs (professionnels de l’urbanisme, artistes, habitants, étudiants, chercheurs, entreprises locales, collectivités) autour d’une vision artistique, dans un espace-temps qui est celui du chantier. Inspirée de la démarche HQE (Haute Qualité Environnementale), elle propose une approche en mesure de faire du projet urbain un temps de recherche et un espace de production artistique – et inversement. L’utilisation du vrai-faux comme principe actif pour accompagner les projets urbains introduit une nouvelle inspiration méthodologique entre la production artistique et la production urbaine.