Domaine de Chamarande

Lieu d’expérimentation artistique

Thème : Lieu

Mode d’actions

  • Faire la ville avant la ville
  • Fédérer les acteurs
  • Lire le territoire
  • Ouvrir de nouveaux espaces de parole
  • Susciter des méthodes alternatives d’urbanisme
  • Transformer / Requalifier

Propriété du Conseil départemental de l’Essonne depuis 1978, le Domaine de Chamarande devient, en 2001, un lieu culturel mêlant art contemporain, paysagisme, science et société. Il prend appui sur son parc paysager et naturel pour proposer à différents artistes d’expérimenter des formes innovantes, souvent en lien avec l’environnement ou l’écologie. Depuis 2012, le domaine affirme la transversalité de sa programmation en accueillant également des architectes, des designers et des urbanistes. Ceci sous l’impulsion du Conseil départemental qui a confié la direction artistique à un comité de programmation regroupant plusieurs directeurs de festivals comprenant notamment Pedro Garcia, Claude Guinard, Pascal Lebrun-Cordier, etc.

Vivres, Caretto © Laurence Godart

Focus

Exposition « VIVRE(S) »

Faire de Chamarande le laboratoire des expérimentations gustatives, est un retour aux sources pour le Domaine qui fut jadis une terre nourricière. Artisans de l’alimentation du futur et d’une agriculture différente, les artistes défendent un « manger sain en produisant mieux ». Une vingtaine d’artistes internationaux (A. Caretto et R. Spagna, M. Blazy, I. Daëron, FutureFarmers, SAFI, Å. Sonjasdotter, Tchif, B. Toguo, A. Versperien, etc.) explorent une alimentation plus ludique et conviviale, surtout plus locale et responsable. À la manière d’un jardin d’Épicure, le public est invité à découvrir, goûter et partager les nouvelles productions de la culture durable.

Pourquoi on en parle ?

Le Domaine de Chamarande est un lieu historique et patrimonial qui a su repenser son rayonnement territorial par une programmation artistique exigeante et une médiation culturelle en conséquence. Le Domaine de Chamarande mêle aujourd’hui naturellement architecture, urbanisme, arts plastiques, danse ou théâtre, figurant certainement une nouvelle orientation de programmation artistique où les registres artistiques particuliers s’effacent devant le choix d’une thématique sociale ou territoriale (c’est cette thématique qui rassemble les artistes et non pas leur appartenance aux Beaux-Arts).